Vous êtes ici :

Actualités

mai - juin 2020
A la une
Des chenilles à Chavigny

Des chenilles à Chavigny

Vous avez été nombreux à nous signaler de nombreuses grappes de chenilles sur la commune. Avec comme question : " avons-nous à faire à des chenilles urticantes ?"

Nous avons posé la question à notre specialiste de la faune et de la flore locale, Jean-Baptiste Schweyer.

Ce dernier est rassurant et nous a fait un texte explicatif sur les chenilles présente à Chavigny :

L'Hyponomeute du fusain (Yponomeuta evonymella) est un petit papillon nocturne dont les chenilles ne sont pas urticantes

La période de confinement fût pour beaucoup d'habitants de Chavigny l'occasion de découvrir ou redécouvrir les nombreux sentiers et chemin de la commune lors de sorties journalières. Ce fût donc, en marchant, l'occasion de se prendre dans un fil de soie, un filet (qui s'apparente à une toile d'araignée) enfermant de petites chenilles beiges à points noirs.

Il s'agit d'un phénomène naturel qui se produit chaque année de fin avril à fin juin et qui correspond à la phase de vie d'un petit papillon nocturne de 2,5 cm de long, blanc aux points noirs : l'Hyponomeute du fusain.
Ses chenilles très grégaires, tissent une toile de protection contre les prédateurs (mésanges et autres passereaux). Elles affectent le fusain, mais aussi le cerisier à grappe et le nerprun (ces deux dernières essences sont rarissimes à Chavigny). En peu de temps elles sont capables de défeuiller un fusain, elles tissent alors des fils très solides pour regagner le sol et migrer vers un autre arbuste.

 L'Hyponomeute du fusain appartient à notre faune et ne présente aucun danger pour l'homme !

Sa « prolifération » peut être liée à l'absence de prédateurs. En effet on peut noter que l'on observe moins de petits oiseaux cette année. Les variations climatiques, les sécheresses consécutives qui rendent inaccessible la nourriture en sont les principales causes.
Protéger les petits passereaux, mésanges et autres (nichoirs, abreuvoirs à l'abris des chats) limiterait alors cette prolifération.

(Les chenilles urticantes et dangereuses sont :  les processionnaires du chêne ou du pin. Elles se développent à partir de mars, mais ne sont urticantes qu'après la troisième mue mi-mai. Sur la commune, seule celle du chêne peut être présente mais reste rare.)


14 mai 2020
Jean-Baptiste Schweyer